Dans ce monde qui va vite, qui nous sollicite, avec de multiples distractions, qui nous réclame une réponse (rapide), une position (oui ou non ?), une réaction (à chaud), nous avons l’impression (stressante) de courir de plus en plus vite. Nous avons la sensation de devoir faire, de nous dépêcher, de devoir réussir ! Alors notre corps se met en mode “stress”. Il assure en nous envoyant les hormones adéquates qui vont nous permettre de faire face à la situation. Mais si cette situation perdure, il se fatigue et s’use. Pour remettre un peu de clarté dans cette course incessante, je vous propose un petit exercice :

  • Posez vous avec un bloc, cahier ou carnet et mettez votre portable en mode avion
  • Faites une profonde expiration (en expirant par la bouche) et inspirez naturellement, faites le 3 fois
  • listez toutes les tâches que vous avez à accomplir dans la journée ou semaine à venir
  • avec une couleur, marquez les tâches urgentes et importantes : celles là vous allez les réaliser en priorité
  • avec une autre couleur, marquez les tâches urgentes mais pas importantes : celles là vous allez les déléguer
  • avec encore une autre couleur, marquez les tâches qui ne sont pas urgentes mais importantes : vous les planifiez
  • et enfin vous rayez les tâches ni importantes, ni urgentes

Puis vous pouvez méditer et vous interroger sur les éléments suivants :

  • Est ce que mes objectifs sont clairs ? oui génial, par contre si ce n’est pas le cas, il est peut être temps de les clarifier et de les faire connaître.
  • Est ce que je me réserve un moment pour moi pendant ma semaine ? un moment aussi pour l’imprévisible ? si nous avons conscience de ne jamais avoir de temps pour soi ou pour l’imprévisible alors il est grand temps de bloquer ce créneau dans notre agenda.
  • Est ce que je ne suis pas en train de faire tout à la fois ? exécuter une tâche à la fois c’est la réaliser plus rapidement et plus efficacement. Soyons conscient et présent pour gagner du temps.
  • Est ce que c’est difficile pour moi de déléguer ? et si oui, ne parle t-on d’une peur d’être remplaçable ? . Se poser les bonnes questions (ouvertes et courageuses) va nous aider à changer nos perceptions et donc notre réalité.
  • est ce que j’arrive à dire NON ? Dire NON c’est être capable de déplaire, de montrer ses limites, de décevoir, d’énerver mais par la même occasion, dire NON c’est s’affirmer, se connaître (connaître les limites) et se valoriser. Donc en fait, dire NON avec bienveillance est un acte très courageux.

Et dites vous que vous avez, en vous, toutes les ressources pour faire, vivre et accomplir ce que vous avez à faire, vivre et accomplir !